ban
 
 

     

 Accueil |  Projets eoliens |  Dossiers |  Actualité |  Qui sommes-nous? |  Nous contacter |  Liens

     

 
 
ACTUALITE
 
 

Avis de l'Académie des sciences sur le projet de loi de Transition Energétique


Janvier 2015
Membre L'institut de France, l'Académie des sciences a publié en janvier dernier un avis sur le projet de loi de Transition Energétique.
Notons que l'Académie des sciences est une structure "indépendante et pérenne" (source Wikipédia ), que son avis n'a été commandé par aucun organisme ayant des intérêts dans ce projet de loi. Notons également la liste des personnalités scientifiques reconnues qui ont contribué à la réalisation de cet avis (cf. p.7 et suivantes de l’avis).

Voici quelques extraits de cet avis dont on peut apprécier la rigueur scientifique qui s'appuie sur de très nombreuses références (liste en Annexe de l'avis) , auditions, visites, conférences et autres contributions à des travaux dans plusieurs instances nationales ou internationales :

  • "Le dĂ©veloppement des Ă©nergies renouvelables intermittentes Ă©olienne et photovoltaĂŻque devrait se faire Ă  un rythme prudent, en tirant profit de l’expĂ©rience acquise dans d’autres pays, en anticipant les difficultĂ©s d’insertion de ces Ă©nergies dans le rĂ©seau et de leur effet sur le système Ă©lectrique dans son ensemble, et en tenant compte de la nĂ©cessitĂ© de prĂ©voir leur compensation lorsqu’elles ne sont pas disponibles, sans que cela conduise Ă  une augmentation des Ă©missions de CO2 ou Ă  des importations d’énergie Ă©lectrique"
  • "En Allemagne la croissance de l’offre intermittente d'Ă©lectricitĂ© d’origine renouvelable a nĂ©cessitĂ© l’ouverture de nouvelles capacitĂ©s de production thermiques Ă  charbon (13 GW) ainsi que le dĂ©veloppement de l’exploitation du lignite conduisant Ă  des Ă©missions accrues de CO2 et surtout de polluants (oxydes d’azote et de soufre Ă  l’origine des pluies acides…). Ce constat devrait nous inciter Ă  introduire de façon prudente (4) (RĂ©f. [3]) et progressive des Ă©nergies qui ne sont ni contrĂ´lables ni distribuables en fonction des besoins."
  • "Pour les Ă©oliennes actuellement installĂ©es en France, le facteur de charge, c'est-Ă -dire le rapport entre l'Ă©nergie rĂ©ellement produite et l'Ă©nergie maximale affichĂ©e par la puissance installĂ©e en fonctionnement permanent, est seulement de 23 %."
  • "Le recours Ă  des Ă©nergies fossiles est nĂ©cessaire pour compenser les sources Ă©olienne et photovoltaĂŻque en l’absence de vent ou de soleil".
  • (NDLR : ces Ă  dire 77% d'Ă©nergie fossile pour 23 % d'Ă©nergie Ă©olienne - cf le point prĂ©cĂ©dent).
  • "L’insertion d’énergies renouvelables dans le rĂ©seau nĂ©cessite de restructurer le transport Ă©lectrique pour raccorder les lieux de production, collecter les Ă©nergies Ă©lectriques produites de façon diffuse et les faire remonter vers les lieux de consommation."
  • "Afin de minimiser le risque d’un black-out Ă  l’échelle du pays ou Ă  celui de l’Europe, il est important d’anticiper les problèmes de stabilitĂ© de rĂ©seau qui pourraient ĂŞtre induits par les variations soudaines des niveaux de puissance des Ă©oliennes et des fermes solaires en fonction des conditions de vent ou d’ensoleillement." (NDLR : black-out : coupure d’électricitĂ© gĂ©nĂ©rale pour tous les usagers).

Accéder à l'intégralité de avis l'Académie des sciences.
Accéder au communiqué de presse plus synthétique.
Pour en savoir plus sur l'Académie des sciences : http://www.academie-sciences.fr

 
Se connecter